Archive for juin, 2012

UFC-Que choisir dénonce les pratiques de cinq établissements de crédit à la consommation

vendredi, juin 8th, 2012

Instaurée en mai 2011, suite à une enquête réalisée par l’UFC-Que choisir sur les pratiques des établissements de crédit, la loi Lagarde a pour objectif de mieux encadrer les conditions d’accès et de souscription des crédits à la consommation. En ligne de mire, le crédit renouvelable, véritable cheval de bataille de l’association de défense des consommateurs. C’est pourquoi, dans le cadre de son combat pour protéger les consommateurs des pratiques abusives ou peu scrupuleuses, l’UFC-Que choisir porte plainte contre cinq établissements : Sofinco, Financo, Cetelem, Cofidis et Cofinoga, et entend bien poursuivre la réforme initiée à l’égard du crédit à la consommation.

Le cas du crédit renouvelable

S’il est en baisse depuis 2009, probablement en partie grâce à la loi Lagarde, le crédit renouvelable continue d’être très présent dans les pratiques de certains établissements de crédit à la consommation. Toutefois, si la loi mise en place à l’initiative de l’ancienne ministre de l’économie, Christine Lagarde, met l’accent sur l’importance de proposer une solution alternative au crédit renouvelable (crédit amortissable), l’UFC-Que choisir souligne le fait que dans 78 % des cas, aucune alternative de ce genre n’est offerte.

L’association donne à ce titre l’exemple des sites de Sofinco, Cetelem, Financo, Cofidis et Cofinoga, où ces alternatives au crédit renouvelable ne sont présentées que succinctement, quand elles ne sont pas simplement omises.

De plus, au-delà des sites internet des établissements de crédit, l’UFC-Que choisir a également mené son enquête sur les pratiques des organismes de crédit sur les lieux de vente.

Le constat est identique, et reflète la politique de quelques établissements irréductibles, peu enclins à tenir compte de la loi Lagarde.

L’association de défense des consommateurs a ainsi décidé de porter plainte, afin de pointer du doigt les mauvais élèves en matière de crédit à la consommation.

Les autres points de l’enquête

Dans son étude, l’UFC-Que choisir a également mis en avant le manque de rigueur concernant l’étude de la solvabilité des clients. Même si les études sérieuses de dossier sont aujourd’hui plus fréquentes qu’en 2009, elles restent encore insuffisantes au vu de l’enjeu.

Il est en effet bon de rappeler que la souscription d’un crédit, quel qu’il soit, n’est pas anodine, et engage la responsabilité du client. Sans compter que, dans le cas précis du crédit renouvelable, il n’est pas rare que l’emprunteur se retrouve dans une situation compliquée, voire une situation de surendettement.

Souscrire un crédit renouvelable est risqué, et l’UFC-Que choisir déplore le manque d’information fournies par les établissements.

En outre, elle souhaite que soient interdites les ventes de crédit renouvelables sur les lieux de vente, et que les cartes de fidélité ne soient plus systématiquement accompagnées de crédits renouvelables, comme c’est actuellement le cas dans 75 % des cas.

Entre la vérification de la solvabilité des emprunteurs, et les différentes demandes destinées à mieux encadrer le crédit renouvelable, l’UFC-Que choisir souhaite faire changer et évoluer les pratiques, d’autant plus à l’heure du e-commerce, où les transactions sont de plus en plus rapides et aisées.